Lyon

Sandrine Gresin, multi-potentielle au service de projets digitaux !

Il y a quelques mois, j’ai rencontré Sandrine Gresin, lors d’une formation pour se lancer en Freelance. Sandrine est la personne incroyable à la patience inégalable qui a refait mon site internet yezalucas.com. Son écoute et sa capacité d’adaptation en font une webdesigneuse unique ! Focus sur le profil de cette multi-potentielle lyonnaise.

1 – Peux-tu te présenter ?

700_5923
Une maman entrepreneure : Crédit photo : Patrick Hoffmann

Je m’appelle Sandrine, je suis une maman solo pleine de projet et de passion. C’est pourquoi j’ai décidé il y a trois ans maintenant de tout recommencer pour faire vivre mes rêves et faire rêver ceux qui croiseront mon chemin. Je suis aujourd’hui webdesigner et photographe, deux métiers que j’exerce en parallèle, et qui sont complémentaires ! Je suis à la fois une technicienne et une artiste, au service de projets digitaux !

2 –  Te définirais-tu comme slasheuse ?

AAIAAgDGAAAAAQAAAAAAAApiAAAAJDA3MmZiZmZmLTI4ZjAtNGRhZC1iYjU1LTkzMDM4M2I2ODk5Yw
SaG’Art, la marque de Sandrine Gresin
Oui très clairement, slasheuse, multipotentielle… Je ne pourrai pas imaginer n’avoir qu’une casquette, ça serait me faire rentrer dans une boite trop étroite pour moi !

Je suis photographe de passion depuis plus de dix ans maintenant, et webdesigner de métier grâce à une reconversion. J’étais « créa » par le passé, suite à une formation de designeuse industrielle. Aujourd’hui, j’ai réussi à m’émanciper des carcans du salariat pour mettre mes compétences au service d’un webdesign plus personnel. Je trouve que ces métiers s’harmonisent bien et se complètent… Alors pourquoi me restreindre à une seule de mes passions ?

3 – Que réponds-tu à ceux qui prônent la spécialisation comme facteur de démarcation ?

24252303_1732828546735999_280038266_n
Crédit photo : Sandrine Gresin
Se spécialiser est une très bonne chose pour développer une expertise, tant qu’on ne se ferme pas de portes et que l’on continue une veille assez active.  Lorsque je prends ma casquette web en tant que spécialiste de WordPress, j’affirme ma spécialisation mais cela ne m’empêche pas de me tenir au courant d’actualités d’autres CMS concurrent afin d’être à jour et de mieux conseiller mes clients.

A contrario, en photo je suis spécialisée en macro-photographie parce que je ne peux pas m’empêcher de voir et d’apprécier des détails qui peuvent changer tout un regard ! Mais cela ne m’empêche pas de donner des prestations de qualité dans d’autres domaines comme les mariages ou l’événementiel. J’aime le contact et ne pourrais pas imaginer me cantonner à travailler uniquement sur de la photo macro ! Toutefois, je profite de ma spécialisation pour offrir une perspective singulière, tintée de macro-photo, à des clichés  pour de l’événementiel.

4 – Que te permet le freelancing par rapport à un webdesigneur salarié ?

IMG_0102
Sandrine, une entrepreneuse qui déchire ! Crédit photo : Justine Alma
Le freelancing me permet d’être LIBRE !
 J’organise mes journées en fonction de la charge de travail, de ma famille, de mes hobbies.
Je suis plus en phase avec moi-même et épanouie puisque je travaille aux heures où je suis dynamique et efficace, qui ne sont pas forcément les heures de bureau imposées, ce qui se ressent tout de suite sur ma réactivité et la qualité de mon travail.
Je choisis mes clients, mon tarif, mon lieu de travail (maison, table de café, jardin…).

Je suis seule responsable de mon travail. Ce sont de plus grandes responsabilités en comparaison au salariat, mais il y a tellement de côtés positifs au quotidien que la charge en devient plus légère à porter.

5 – Que viennent chercher tes clients chez toi ?

19145973_1553125904706265_8519608884088499472_n
Crédit photo : Sandrine Gresin
Ahah ! Il faudrait le leur demander à eux !

 Au regard  des retours que l’on m’a fait : on m’a souvent choisi pour ma créativité et ma réactivité. Ensuite, ce qui fidélise ma clientèle est ma capacité d’écoute, ma pédagogie et l’accompagnement que je propose tout au long du projet.

6 – Où peut-on te trouver ?

Capture d_écran 2017-11-29 à 23.09.11
Site internet de Sandrine
Je suis trouvable sur mon site web sandrinegresin.com , ou vous verrez le fruit de ma multi-potentialité. Je suis également présente sur les réseaux sociaux via Facebook et LinkedIn.
Dans la vie réelle, dans la région Rhône-Alpes, au milieu des étangs à trente minutes de Lyon…et un peu partout où mes pieds me portent et me feront voyager !

 

Lyon

Béryl Delouis, illustratrice croix-roussienne et gagnante du concours Instayeza !

Béryl Delouis est l’heureuse gagnante du concours Instayeza, qui reçoit donc une interview de présentation. Rencontrée à l’occasion d’une formation Freelancing, Beryl est aujourd’hui illustratrice spécialisée dans le domaine de l’enfance. Pure lyonnaise, et même croix-roussienne, Béryl connait sa ville par coeur et sait créer des ponts entre ses habitants. Elle est le contact réseau à avoir dans son carnet d’adresse !  

1- Peux-tu te présenter ?

23134804_10155758241143718_301691853_o
Beryl Delouis

Je m’appelle Béryl, j’a 41 ans et suis maman de deux grands enfant de 12 et 17 ans.

Lyonnaise pure souche, voir même croix-roussienne invétérée depuis l’âge de deux ans !

Coté personnalité, j’aime tout ce qui construit des ponts de communication entre les gens. Les mots, les images, l’échange autour d’un bon verre ou d’un plat. Tout ce qui nourrit ma curiosité au quotidien.

Concernant mon parcours, je suis styliste modéliste de formation, devenue Illustratrice, graphiste au fil des expériences professionnelles.

2- Pourquoi t’être lancée ?

22050883_10155667008773718_2020608032_o (1)
Session de travail / Crédit photo: Beryl Delouis

Après huit ans comme responsable du service infographie dans une entreprise du secteur du cartonnage,  je me suis lassée par un grand manque de créativité dans mon travail, et ai également subi des rapport humains difficiles avec ma hiérarchie. Coté personnel, mes enfants avait grandi et développé une certaine autonomie. J’ai jugé que c’était le bon moment pour redevenir Freelance comme je l’avais été à 25 ans), mais cette fois ci avec mon expérience et une maturité plus solide.

Envie d’un challenge aussi peut être… ?

3 – Quelle est la spécialisation ?

22050864_10155667008733718_1857835050_o (1)
Crédit photo : Beryl Delouis

Comme beaucoup de freelances, mon domaine d’action est assez vaste car en démarrant, il est délicat de refuser des contrats. Cependant, ma spécialisation est l’illustration pour l’édition de supports éducatifs et ludiques pour enfant. J’accompagne des projets de l’étape de prototypage, en passant par le brainstorming à la production finale.

4 – Avec qui aimes-tu travailler ?

22052480_10155667008443718_1527939959_n (1)
Crédit photo : Beryl Delouis

J’aime travailler avec des clients a qui je peux apporter une vision globale et extérieure au projet pour le faire évoluer.

J’apprécie particulièrement le domaine qui touche à l’enfance, la papeterie, les objets du quotidien qui nous facilitent la vie. J’aime chercher des astuces et les mettre sur papier.

Il m’arrive aussi de faire des réunions de brainstorming avec une de mes amies, Jeanne de Delicatessen Factory, pour rompre avec la routine du freelancing en solo et créer ensemble une sorte d’émulation.

Se faire avancer quand on à l’impression de faire du sur place.

5 – Où travailles-tu ?

IMG_7430
Vue de Fourvière depuis la Croix-Rousse

Je travaille chez moi pour le moment mais j’espère pouvoir avoir un bureau ou un co-working sous peu.

Beaucoup d’options dans ce domaine à Lyon nous tendent les bras !

6 – Et le cadre de vie lyonnais, c’est stimulant ?

fullsizeoutput_1c4d
Vue de Fourvière depuis l’Opéra de Lyon

La Croix-Rousse est mon village, Lyon c’est chez moi. Je connais ma ville par cœur et j’y connais beaucoup de monde, ce qui me permet souvent d’être un pont entre les gens pour les mettre en relation. J’en suis partie un moment mais revenue car c’est une ville à échelle humaine où comme dirait les anciens « il fait bon vivre ».

Notre qualité de vie est indéniable, la vie culturelle y est de plus en plus riche et pour une maman comme moi, c’est agréable de voir grandir mes enfants ici !

7 – Où peut-on te trouver ?

Capture d_écran 2017-11-02 à 14.39.12
Logo / Crédit photo: Béryl Delouis

Je suis présente sur les réseaux sociaux via ma page Facebook et mon compte Instagram. Mon site internet (à l’heure en construction) sortira sous peu ! Sinon au hasard d’un café croix-roussien peut-être ?

Lyon

Parcours de visite alternatif et culturel lyonnais

La culture, certains ne jurent que par elle ! A Lyon, on la retrouve dans l’assiette, dans les bars, dans des friches, mais également dans des hostels. Dans ce parcours de visite, je vous propose une découverte des lieux culturels et alternatifs de la capitale des Gones. C’est parti !

1 – la culture underground

En déambulant dans le 7e arrondissement, dans le quartier de la Guillotière, vous trouverez un certain nombre de bars dit « alternatifs ». Ce qu’on entend par là ? Des concepts originaux, une offre culturelle diversifiée et un refuge anti-touristes. J’ai sélectionné pour vous deux références en la matière.

Le Live Station : c’est comme à la maison mais tu fais pas la vaisselle !

IMG_8861

Table de ping-pong, brunch locavore, bonne humeur. Non vous n’êtes pas dans une startup branchée, mais au Live Station, un bar dont le concept est le DIY (Do It Yourself) et où l’on compose soi-même son assiette (ou sa planche, ou son brunch). Les produits proposés sont frais, locaux et de saison pour notre plus grand plaisir.

A coté des plaisirs culinaires, on peut également apprécier un concert, une expo, des jeux participatifs. Le concept du DIY dépasse la simple restauration, il permet également aux clients de s’approprier le lieu en étant comme à la maison.

Ordre de prix : €

Adresse : 14 Rue de Bonald, 69007 Lyon

La Faute aux Ours : bienvenue dans la caverne aux merveilles !

86cbff65-a7e5-40a5-995c-6ac5344f4ea2

Autre bar original de la Guillotière, la Faute aux Ours, se démarque par son lieu atypique : 4 salles à quatre ambiances différentes : Dans la salle principale et salle d’arrière boutique, vous êtes dans un bar classique. A l’étage, vous êtes dans un appartement, et au sous sol, dans une cave à l’ambiance underground. La déco vous transporte dans une antre où l’entre soi lyonnais y demeure.

On y consomme des produits locaux, on y boit des softs, mais aussi des shooters et rhum arrangé fait maison tout en profitant des concerts et activités du bar.

Ordre de prix : €€

Adresse : 4 Grande Rue de la Guillotière, 69007 Lyon

2- La culture du tag

Lyon c’est aussi une ville qui se caractérise par son street art. Que vous soyez dans les pentes de la Croix-Rousse ou sur le plateau, vous trouverez des graffs en flânant dans les rues de la ville.

Le street art de la Croix-Rousse, une balade à part entière

IMG_1322.JPG

Lyon visite vous propose une cartographie des lieux les plus emblématiques pour une découverte du street art lyonnais. Depuis la place des Terreaux, vous remonterez les pentes de la Croix-Rousse en levant les yeux pour observer au mieux les fresques murales des temps modernes.

La visite c’est ici !

La Taverne de Gutenberg : une maison-friche pour artistes

fullsizeoutput_3341

Autre lieu originale à découvrir : la Taverne de Gutenberg. Dans le 7e arrondissement, cette ancien immeuble réhabilité abrite aujourd’hui des artistes créateurs lyonnais de toute spécialisation. Les couloirs de l’immeuble sont couverts de tags tout comme sa façade extérieure. Avant de découvrir le lieu, vous rentrerez dans un bar, celui de la Taverne. Vous pourrez y écouter des concerts, y manger local et profiter de la convivialité du lieu (comme à la maison ! )

Ordre de prix : €

Adresse : 5 Rue de l’Épée, 69003 Lyon

3 – La culture du slow living

Convivialité et culture vont de pair dans le parcours de visite que je vous propose. Cette culture du slow living se retrouve également au quotidien pour les lyonnais adeptes des espaces partagés comme les espaces de coworking et les hébergements collectifs.

Le Sofffa, coworking chill

IMG_8905

Le Sofffa c’est un espace de coworking, mais pas que. Hébergé dans une maison hybride (entre friche et bar), le lieu se démarque par ses tags muraux, son look proche de la friche culturelle et sa programmation.

On paye au temps passé, on y consomme ce qu’on veut et au profite du calme ambiant pour se concentrer. Le lieu y est cosy et on prend son temps pour rester, c’est ça le slow living !

Ordre de prix : €

Adresse : 17 Rue Sainte-Catherine, 69001 Lyon

L’ Away hostel, profitez d’activités culturelles en communauté !

fullsizeoutput_3484

L’Away Hostel, c’est le deuxième projet de trois entrepreneurs qui avait déjà implanté le Slo Living Hostel dans le 7e arrondissement de lyon. Ce nouveau concept d’auberge de jeunesse revisitées fait fureur dans une ville qui manque cruellement d’auberge de jeunesses, mais qui répond également à une demande de confort de la part de ces lieux. Ouvert en début 2017, l’Away Hostel propose une offre d’hébergement mais surtout un large panel d’activités à réaliser avec la communauté de l’auberge, les Lyonnais et en partenariat avec des locaux.

Pour les simples visiteurs, on peut profiter du coffee shop, espace convivial, qui propose une cuisine locale dans un cadre convivial.

Ordre de prix : €

Adresse : 21 Rue Alsace Lorraine, 69001 Lyon

 

A très vite pour un prochain parcours de visite !

Lyon

Parcours écologique et solidaire lyonnais

Lyon, leader l’innovation sociale est également une ville écologique et solidaire. On y recense des acteurs engagés, des initiatives créatives et des lieux dont l’impact environnemental est très positif. Je vous propose un tour d’horizon de ces initiatives florissantes à la rencontre des acteurs du changement !

Rencontrer les acteurs de l’écologie et de l’ESS à Lyon

Lorsque l’on parle d’écologie et d’ESS lyonnais, quelques noms raisonnent.

  • Anciela  13135_995182463847598_8067595795201967351_n (1)

Lorsque l’on parle d’écologie à Lyon, on pense très rapidement à Anciela, référence dans l’accompagnement de projets écologiques et solidaires grâce au développement de sa Pépinière d’initiatives citoyennes.

Association présente depuis 2011 , Anciela distribue depuis 2015 son guide « Agir à Lyon et ses alentours » pour permettre aux citoyens de s’engager pour une ville plus solidaire. Pour en savoir plus sur Anciela et ses projets à Lyon, j’ai interviewé Martin Durigneux, son président-fondateur.

  • Le CentSept

Le CentSept c’est le nouveau lieu de l’entrepreneuriat social à Lyon ! Depuis 2016, la structure accompagne les projets de startups à fort impact social. J’ai pu m’entretenir avec Antoine, chargé de projets au CentSept qui m’a offert un panorama exhaustif des différentes actions de la structure. Hébergé dans le centre ETIC tout comme d’autres acteurs de l’innovation sociale, il vous sera possible de partir à la rencontre des startups sociales à l’occasion des événements régulièrement organisés par le CentSept !

  • Karim Duval

Karim Duval est un humoriste lyonnais qui a récemment lancé son projet PITCH ! Son objectif ? Valoriser l’entrepreneuriat social sur le territoire. Sa recette magique ? L’humour. Et ça marche ! Soutenu dans sa démarche par l’incubateur Ronalpia, Karim Duval propose également des formations coaching auprès d’entrepreneurs sociaux.

Manger local et sain

A Lyon, on peut manger local, favoriser les circuits courts à presque chaque coin de rue ! Voici quelques trouvailles culinaires à découvrir :

  • La Cagette à Malek 

fullsizeoutput_339b

Envie de produits frais et locaux avec une touche d’orient ? La Cagette vous attend! Au menu : des assiettes colorées remplies de délicieux mets à influence maghrébine. Et s’il vous reste de la place pour une douceur, goûtez les pâtisseries du chef ! L’arrière salle en fait un lieu cosy et oriental.

Adresse : 14 Rue des Pierres Plantées, 69001 Lyon

  • Le Labo 

IMG_8886

En sortant du CentSept, rendez-vous au Labo. Ce coffee shop Veggie et Veggan friendly vous proposera des cafés et lunchs à petit prix dans un cadre très cosy. On peut également y coworker calmement.

Adresse: 39 Rue de Marseille, 69007 Lyon

  • My Petite Factory 

fullsizeoutput_32d9

A l’instar du Labo, à My Petite Factory, on mange local, fait maison, sans gluten et vegan ! Vous pensez qu’il y n’y a plus rien à manger ? Détrompez-vous, les pâtisseries de My Petite Factory sont délicieuses !

Adresse : 17 Rue Neuve, 69001 Lyon

Ces adresses ne sont bien sûr pas exhaustives !

Commander local

Flemme de bouger ? Ils s’occupent de tout. Faites-vous donc livrer un morceau de terroir à la maison !

  • Baguette à Bicyclette

IMG_1521-1024x1024
Déborah et Caroline – Crédit photo : Baguette à Bicyclette

Baguette à Bicyclette, c’est un concept inédit à Lyon : un service de livraison de baguettes et petits déjeuners à vélo. En plus de favoriser l’économie locale, la startup fait du respect de l’environnement un de ses piliers. J’ai pu m’entretenir avec Caroline et Déborah, les deux co-fondatrices de Baguette à Bicyclette pour en savoir plus sur ce nouveau service 100% lyonnais.

  • Cali

Version 3
Elliot, heureux fondateur de Cali

Jeune startup Lyonnaise, Cali saura vous donner envie de cuisiner comme un Lyonnais. Exit les restos touristiques de la rue Mercière, avec Cali, vous faites tout vous même en moins de 30 minutes ! Au menu, des produits lyonnais récoltés auprès de producteurs locaux. Et derrière la manœuvre ? Elliot, jeune lyonnais de 25 ans, qui vous livrera lui même ses kits de préparation ! Découvrez mon article sur Cali ici !

S’habiller responsable

La mode est partout même dans l’éthique ! Car oui, on peut s’habiller de manière éco-responsable et élégante !

  • Leax

    lbf_4577
    Clément, fondateur de Leax – Crédit photo : Leax

Leax est une marque de vêtements lyonnaise 100% éco-responsable. L’ objectif est de minimiser l’impact environnemental d’une fabrication de vêtements. Pour cela, l’entreprise utilise uniquement des matières biologiques et recyclées. On peut retrouver Leax au Village des Créateurs à Lyon ! Découvrez cette nouvelle marque de prêt-à-porter lyonnaise !

Adresse : 21 Rue Royale, 69001 Lyon

  • Les Curieux

    20882019_1904807686435127_2622199379337627766_n
    Devanture des Curieux

Boutique de mode éthique et responsable, le magasin est une mine d’or pour tout visiteur désireux de changer son monde de consommation.

De l’esthétique au prêt à porter, les Curieux vous offrent de nombreux choix de vêtements et accessoires fabriqués avec des matières recyclées. Et vous savez-quoi ? C’est vraiment joli ! Coté esthétique et soin du corps, les produits sont fabriqués dans une démarche zéro déchets. Avec un certain nombre de lots proposés, vous avez l’embarras du choix vos idées de cadeaux. Le plus ? Un équipe accueillante, un café détente et un lieu en plein centre de Lyon.

Adresse : 18 Rue Palais Grillet, 69002 Lyon

Trouver un hébergement solidaire

Après une visite écolo et solidaire de Lyon, quoi de mieux que de finir la nuit dans une auberge de jeunesse alternative et éco-friendly?

  • L’Alter Hostel

21032741_1907959716119924_4090303571748988678_n
Pièce principale de l’Alter Hostel

Conviviale, cette auberge de jeunesse vous donnera la possibilité de rencontrer des personnes surprenantes, d’ici et d’ailleurs. Parmi elles ? Seba, un chilien qui décide de prendre la route jusqu’à Istanbul en vélo et YeGyu Shin, un Coréen qui s’est lancé dans un tour de France…à pied !

Au delà de la convivialité, l’Alter’Hostel est engagé dans une démarche éco-responsable en réduisant son impact énergétique et écologique sur la planète (ici on est aux toilettes sèches). Depuis septembre, vous pouvez rencontrer les guests de l’Alter’Hostel tous les lundis en échangeant en français, en anglais, en japonais ou bien plus encore !

Adresse : 32 Quai Arloing, 69009 Lyon

Les acteurs de l’ESS et de l’écologie sont nombreux et bien implantés sur Lyon. Accessibles, ils sauront vous montrer la capitale des Gaules sous un angle alternatif. Ces initiatives étant en constante mutation, je vous proposerai de nouveaux parcours de visite à la rencontre d’acteurs émergents. A très vite !

Lyon

Anciela, l’incubateur durable de l’ESS Lyonnais

Lorsque l’on parle d’écologie à Lyon, on pense très rapidement à Anciela, référence dans l’accompagnement de projets écologiques et solidaires grâce au développement de sa Pépinière d’initiatives citoyennes. Je me suis entretenue avec Martin Durigneux, son fondateur.

1  –   Peux-tu te présenter ?

11147141_1415620798762890_7249000916004435753_n
Crédit photo : Anciela

Je m’appelle Martin. J’ai 29 ans. J’ai fondé Anciela il y a une dizaine d’année, à la fin de mes années lycéennes et au début de mes études supérieures à Lyon. L’idée première était alors d’agir en faveur d’une société écologique et solidaire. A ce moment c’était un désordre d’idées, d’envies et d’actions ! C’est à la fin de mes études, en 2011, qu’Anciela a pris son envol, avec des ambitions nouvelles.

De pas en pas, nous avons grandit avec Anciela et Anciela a grandit avec nous. Des premiers ateliers participatifs où les participants imaginaient des idées d’actions à mener en 2012, à la Pépinière en 2014 et au Guide « Agir à Lyon » en 2015, nous avons progressé pour arriver à aujourd’hui !

A côté d’Anciela, j’enseigne dans des établissements d’enseignement supérieur en économie, et plus particulièrement économie sociale et solidaire. C’est cohérent avec mes engagements associatifs et cela me permet d’avoir du temps pour Anciela !

2 –  La pépinière d’initiatives solidaires, c’est un incubateur ?

18485909_1701329883228800_5838374033218420425_n
Ariane Bureau – Coordinatrice de la Pépinière / Crédit photo : Anciela

La Pépinière d’initiatives citoyennes est une des deux grandes démarches d’Anciela pour permettre à chacun d’agir pour une société écologique et solidaire, avec la démarche « Envie d’agir » qui permet aux personnes qui ont envie d’agir de trouver où et comment s’engager.

Avec la Pépinière, nous accompagnons des porteurs d’initiatives citoyennes (associations, entreprises sociales et solidaires, actions entre voisins ou entre amis…) qui contribuent à rendre notre société plus écologique et solidaire sur Lyon et ses alentours.

C’est un accompagnement entièrement gratuit, libre et adapté à chaque porteur. Surtout, c’est un accompagnement qui est sans sélection. Nous accompagnons toutes les personnes qui ont la volonté de mener une action car nous croyons que chacun mérite d’être accompagné et parce que nous avons besoin de tous pour réussir à relever les immenses défis de notre société actuelle.

C’est aussi un accompagnement global qui touche à tous les défis que rencontrent un porteur, à la fois dans sa vie personnelle et le montage de son initiative. Nous accompagnons des personnes qui agissent, c’est ce qui compte, car une personne pourra avoir une idée au départ et la transformer du tout au tout au fur et à mesure de son parcours.

Dans le même esprit, notre accompagnement s’inscrit dans la durée. Il n’y a pas de calendrier défini, aucune limite dans le temps pour notre accompagnement. Nous sommes au côté des porteurs du moment où nous nous rencontrons au moment où ils n’ont plus besoin de nous parce qu’ils sont arrivés au bout du chemin de leur initiative. Et encore ! Ce sera sans doute alors nous qui auront besoin d’eux pour venir inspirer et échanger avec les porteurs qui démarrent !

La Pépinière ressemble à un incubateur d’entreprises sociales et solidaires, cependant il y a un certain nombre de différences évoquées précédemment qui la distinguent des incubateurs du territoire lyonnais, avec lesquels nous travaillons ainsi en complémentarité.

3 –  Pourquoi recommanderais-tu à une association ou une entreprise de choisir la pépinière ?

18424187_1696375000390955_5743511919750672917_n
Crédit photo : Anciela

Je ne crois pas qu’on ait à choisir la Pépinière comme on choisit une formation professionnelle ou un incubateur pour une année. Être accompagné dans la Pépinière est compatible avec toutes les autres formes d’accompagnement ou de formation, elle s’y adapte !

C’est un accompagnement libre qui s’adapte à chacun, ce sont des temps où les porteurs peuvent partager, échanger, avoir une écoute et un miroir pour avancer, et surtout cela permet de ne pas être seuls face aux défis qu’on rencontre lorsqu’on porte une initiative.

Pour tous les porteurs d’initiatives qui agissent en faveur d’une société plus écologique et solidaire, la Pépinière pourra apporter un petit coup de pouce, une mise en lien, des conseils, des ressources, une communauté accueillante avec qui dialoguer… Mon unique recommandation c’est d’essayer !

4 – Quels sont les projets que vous accompagnez en ce moment ?

19397044_1742853285743126_4031696191249025707_n
Session formation / Crédit photo : Anciela

En un peu plus de trois ans, Anciela a accompagné plus de 250 initiatives d’une très grande diversité. On y retrouve pêle-mêle, L’Atelier Soudé, un atelier d’autoréparation électronique, I-Boycott, un site de boycott en ligne, A la Source, une épicerie zéro-déchet, Sup’écolidaire, un établissement d’enseignement supérieur dédiés aux enjeux d’écologie et de solidarité, le Réseau FEVE, de salariés qui s’engagent pour mobiliser leurs collègues, Mouvement de Palier, des ambassadeurs du tri et de la réduction des déchets, La Bonne Dôze, un foodtruk écolo, Terre d’Ancrages, une association d’accueil des réfugiés, le Réseau des Boites à partage, Minéka, une recyclerie BTP et bien d’autres !

5 –   Anciela est un acteur majeur de la scène écologique lyonnaise, qui continue de grandir, comment aimerais-tu voir évoluer l’association dans les années à venir ?

21559023_1851248064903647_3587801412517282079_n
Sortie du Guide Agir à Lyon / Crédit photo : Anciela

Les crises écologiques et sociales sont encore devant nous. Face à ces immenses défis, nous devons continuer de grandir et de progresser. Il y a dans la société, et dans notre région lyonnaise, toutes les forces pour construire une société écologique et solidaire, à nous (et à d’autres !) de les réveiller, les encourager et les accompagner !

J’espère que dans les prochaines années, nous aurons grandit afin de pouvoir mobiliser toujours plus de personnes et accompagner toujours davantage de porteurs d’initiatives afin de participer au grand mouvement de transition écologique et sociale de notre région lyonnaise.

C’est un immense défi pour notre Pépinière qui est passée en trois ans de 30 initiatives à 250, et de 3 accompagnateurs à 35 ! Dans cet esprit, nous travaillons à avoir un financement le plus autonome possible afin de pouvoir toujours agir librement, nous avons ainsi lancé un appel vers un financement 100% citoyen de notre Pépinière (un grand défi à atteindre) qui a réunit un peu plus de 10.000€. L’appel est toujours en cours, si certains souhaitent nous aider et nous permettre d’avancer !

 

 

 

Lyon

Karim Duval, l’humoriste qui boost les startups lyonnaises !

Je me suis récemment entretenue avec Karim Duval, humoriste lyonnais qui a lancé son projet Pitch ! Son objectif ? Valoriser l’entrepreneuriat social sur le territoire. Sa recette magique ? L’humour. Et ça marche !

1 – Qui est Karim Duval ?

Je suis humoriste, auteur, comédien, entrepreneur, youtuber, ex-ingénieur, papa… Je crois qu’au delà de 5 activités, on dit « slasheur », c’est ça?

En tout cas, avec ce côté passionné et indépendant, j’ai « comme qui dirait » le sentiment d’appartenir à cette génération dite « Y ». Mais comme j’utilise l’expression de vieux « comme qui dirait », j’ai un comme qui dirait un doute…

En tant que youtuber, j’ai lancé le projet PITCH ! Une (longue) série de vidéos où je pars à la rencontre d’entrepreneurs pour mettre en lumière leur projet sur un ton humoristique : « des vidéos drôles avec des entrepreneurs dedans ». Comme qui dirait.

2- Récemment tu t’es lancé un défi, rencontrer les entrepreneurs  de l’ESS lyonnais, pourquoi t’être lancé ce défi?

Capture d’écran 2017-10-03 à 11.03.15.png
Karim travaille avec son Iphone et son micro / Crédit photo : Cali

Il s’avère que les premiers entrepreneurs que j’ai rencontrés sont de Lyon parce qu’il s’avère que je suis de Lyon. Mais je reste ouvert à tous les entrepreneurs de la planète (même ceux de Saint-Etienne).

Et il s’avère qu’une grande partie d’entre eux sont des entrepreneurs sociaux et solidaires, parce que j’aime mettre en valeur les projets qui ont du sens et que l’ESS est un magnifique vivier pour cela.

Ce défi est mon entreprise à moi (même si dans les faits, je suis réellement en train de créer une entreprise). Je le fais donc par identification, mais beaucoup par fascination et admiration envers ces personnes ultra-motivées pour aller au bout de leur idée, aller vers plus de liberté mais aussi, très souvent, plus de cohésion et de lien social au sein de notre société.

C’est un défi artistique : rencontrer un créateur, écrire et tourner une vidéo à vocation comique sur un sujet/projet sérieux, chaque semaine voire plus, est un vrai challenge !

3- Comment réagissent les startups à qui tu rends visite ?

IMG_1254 (1)
   Karim Duval / Crédit photo Karim Duval

Les entrepreneurs que je rencontre sont souvent très enthousiastes car c’est un concept nouveau, qui casse les codes des vidéos institutionnelles classiques. La vidéo PITCH ! est un complément à leurs supports de communication habituels et ils ouvrent leur réseau à mon public (et c’est réciproque).

Ils sont très motivés, plein d’énergie et ce sont mes co-équipiers le temps de la préparation et du tournage de la vidéo. Parce que seul-de-chez-seul, je ne m’en sortirais pas (et ça m’amuserait beaucoup moins!).

La plupart du temps (et c’est de plus en plus le cas) ce sont les startups qui me contactent, maintenant que les vidéos sont en ligne.

4- Comment choisis-tu les projets ?

2180
Karim l’Ambassadeur de l’ESS lyonnais / Crédit photo : Robin Gervais

J’ai une préférence pour les projets de création d’entreprise « qui ont du sens »… mais cette expression n’a pas vraiment de sens !

Certes, l’ESS m’intéresse tout particulièrement. Mais au fond, beaucoup d’entreprises (toutes?) font des choses qui ont du sens… et toutes les idées innovantes (voire simplement fun) sont les bienvenues !

Ma démarche vient de mon admiration pour la créativité, la passion, et la conviction des entrepreneurs ; la foi qu’ils ont dans leur entreprise. La motivation de ces derniers, leur vision et la crédibilité qu’ils dégagent sont donc des critères de choix essentiels pour moi.

Tout comme le parcours des personnes que je rencontre : il s’agit avant tout de découvrir une histoire… une belle histoire !

Mon objectif est par-dessus tout de côtoyer, découvrir, explorer cette génération « Y » dont je fais partie. Et je ne me restreins donc pas aux entreprises au sens strict du terme : startups, freelances, artisans, associations, mouvements, youtubers, instagrammers, kebabs, artistes (dans une certaine mesure)… Tous sont à mon sens des entrepreneurs !

5- A coté des startups, il y a des freelances de l’ESS, les petites mains qui accompagnent les entreprises sociales. Ils sont prestataires mais ont une fine connaissance du domaine, une idée pour les valoriser ?

C’est grâce à toi que j’ai pris conscience que des freelances/prestataires étaient spécialisés dans l’ESS. Et c’est une bonne chose, car c’est un domaine qui a besoin de collaborateurs à l’écoute de ses spécificités et fidèles à ses valeurs. Les valoriser via des PITCH n’est pas forcément simple car il s’agit de métiers assez généralistes (graphiste, webdesigners, developpeurs, etc…) mais je suis sûr que certains ont une identité bien marquée, donc propice à faire quelque chose d’original. Et ce sont des personnes passionnées… donc passionnantes !

Retrouvez les nouveaux Pitch ! d’entrepreneurs sur la chaine Youtube de Karim !

Paris

Hanane Bey, co-fondatrice de Meet N Make fait matcher l’emploi !

A l’heure du digital, la recherche d’emploi passe également par des algorithmes. Dans ce contexte, Meet N Make se démarque par sa capacité à faire matcher candidats et recruteurs non seulement sur les compétences mais sur la culture d’entreprise ! 

1- Peux-tu te présenter rapidement ?

22052600_120014072020266_1289924685_n
Hanane, co-fondatrice de MeetnMake – Crédit photo MeetnMake

Je m’appelle Hanane BEY, je suis la co-fondatrice et présidente de MeetnMake. Après une première expérience en tant que formatrice d’anglais, j’ai travaillé dans l’industrie du luxe. A la suite de cette expérience, j’ai réalisé l’importance de la culture d’une entreprise et d’y adhérer ou du moins de s’y retrouver.

2 – C’est quoi MeetnMake ?

téléchargement (3)

MeetnMake est la première plateforme de sourcing d’entreprises pour les candidats. Ainsi, après un diagnostic 360 de la culture authentique des entreprises, nous mettons en relation des recruteurs avec les bons talents. Notre solution développée par des doctorants permettra aux candidats de connaître l’environnement de travail qui leur est compatible, et où ils se sentiront à leur place.

3 – Pourquoi t’être lancée dans ce projet ?

22047439_120014005353606_627426580_o
Hanane Bey – Crédit photo MeetnMake

Justement car j’ai vécu cette situation lors de laquelle nous ne nous sentons pas à notre place, ce qui n’est ni positif pour l’entreprise, ni pour le candidat.

4 – Concrètement, comment marche la plateforme ?

XVMc3e885d4-83a6-11e6-826d-98f071b1d1e5

La plateforme propose du sourcing d’entreprises pour les candidats. Nous allons tout d’abord fait un 360 sur la culture authentique des entreprises (en questionnant le DRH et les employés) et ensuite nous mettons en relation avec les bons candidats grâce à un système de matching.

5 – Que recherchent les entreprises inscrites ? et les candidats ?

 maxresdefault

Les entreprises recherchent trois choses : un rapport sur leur attractivité réelle, la valorisation de celle-ci sur leur vitrine et enfin à terme, des candidats qui porteront leur culture haut et fort. Les candidats eux viennent pour eux une seule chose : trouver un environnement de travail épanouissant.

6 –  Peux-tu nous donner quelques chiffres liés au succès de Meet N Make ?

22050882_120014085353598_1857694138_o
Hanane Bey – Crédit photo MeetnMake
Meet N Make, c’est 4700 candidats, 320 entreprises, 2 co-fondateurs, et des milliers d’idées à mettre en place pour améliorer la rencontre entre recruteurs et talents.

7 –  Comment vois-tu évoluer le monde de l’entreprise, et plus généralement du travail, dans les prochaines années ?

22050684_120014002020273_424716630_o
Hanane Bey – Crédit photo MeetnMake
Les candidats ne sont pas simplement en train de changer de paradigme, ils évoluent et leurs besoins avec. L’entreprise est donc dans la nécessité de comprendre ces besoins qui incluent la qualité de vie au travail, le happyness management, le travail sur la culture et l’authenticité, la revalorisation de leur statut.
Mais ce n’est pas causer du tort à l’entreprise, bien au contraire. Un candidat ou un employé ou un collaborateur satisfait, c’est une marque vivante et une entreprise qui rayonne.
Paris

Parcours alternatif du 15e arrondissement

Je vous avais déjà proposé il y a quelques temps un parcours de visite du 15e arrondissement de Paris. Cet arrondissement étant l’un des plus vastes de la capitale, une deuxième visite s’imposait. Avec des nouveautés, ce parcours alternatif offre un variante à ceux qui souhaiteraient découvrir le 15e arrondissement sous un angle plus culturel.

1- Commencer la journée par un atelier créatif au Cheshire

fullsizeoutput_2e21

A deux pas du métro Vaugirard, le Cheshire café est un nouvel espace de coworking très pratique pour les habitants du 15e arrondissement. Le lieu est agréable, très lumineux, la décoration cosy sans être trop chargée et le café et les collations à volonté.

Le lieu propose des ateliers créatifs (tricot, couture) mais vous pouvez également proposer le votre !

 

Adresse : 4 Rue Bausset, 75015 Paris

2 – Partir sur les traces de Georges Brassens

fullsizeoutput_3003
Rue Santos Dumont

Sortez du Cheshire, et dirigez-vous vers le parc Georges Brassens. Vous trouverez non loin de là la rue Santos-Dumont où aurait habité un certain Georges Brassens.

fullsizeoutput_1b79
Parc Georges Brassens

Continuez à vous enfoncer dans la rue pour trouver l’impasse Santos-Dumont dont la verdure et les villas vous transporteront hors de Paris.

Revenez vers le parc pour découvrir les lieux. Si vous vous y promenez un samedi, vous aurez peut-être le plaisir de pouvoir acheter des miels des ruches locales !

Vous pourrez également vous promener le long des vignes où sera produit du pinot noir.

3- Déjeuner collaboratif chez Habesha

IMG_2971
On mange du Wat chez Habesha

Sortez du parc, et marchez jusqu’à Habesha, restaurant Ethiopien familial et convivial. Ici on mange dans le même plat avec les doigts, donc pas de chichi ! Les quantités sont très généreuses et les végétariens sont les bienvenus.

Et au menu ? Un Wat, plat copieux composé d’une injera (galette) garnie de viande (ou pas) et légumes. Le tout, servi dans un petit bouiboui cosy à deux pas du métro Volontaire.

Le patron est adorable et la clientèle habituée.

Pensez à réserver !
Adresse : 19 Rue Copreaux, 75015 Paris

Réservez votre table ici .

4 – Promenade digestive avec un jeu de piste solidaire

img_7732
Kiosque solidaire Lulu dans ma Rue

Flora, fondatrice de PariSolidariThé  propose de nous faire (re) découvrir Paris autrement grâce à des jeux de pistes solidaires. Avec ces nouveaux parcours ludiques, vous pourrez découvrir le 15e arrondisement de la capitale sous un regard plus citoyen en prenant conscience des initiatives solidaires présentes dans le quartier.

A titre d’exemple, une conciergerie de quartier comme Lulu Dans Ma Rue favorise l’insertion professionnelle tout en développant du lien social chez des personnes isolées.

Pour cela, rendez-vous métro Commerce pour découvrir le parcours.

Après ces trois heures de visite à arpenter les rues du 15e arrondissement, quoi de mieux qu’un diner en terrasse pour se détendre ?

5 – Diner convivial au Petit Gorille

IMG_6566
Terrasse du Petit Gorille

Une terrasse, un parc, et un cocktail, quoi de mieux pour finir la journée ? Dans une atmosphère conviviale, Le Petit Gorille vous proposera ses cocktails relevés 🍹 (venez en happy hours) qui vous maintiendront assis jusqu’au diner. 🍽

Cuisine maison, produits de saisons, venez apprécier les plats concoctés par cette brasserie de quartier. Vous aurez peut-être la chance d’assister à un concert si l’occasion se présente ! 🎷

Adresse : 46 Rue de Cronstadt, 75015 Paris

A bientôt pour un prochain parcours de visite !

Lyon

« Oh zut y’a plus de pain ! » Pas de panique, Baguette à Bicyclette est là !

Baguette à Bicyclette, c’est un concept inédit à Lyon : un service de livraison de baguettes et petits déjeuners à vélo. En plus de favoriser l’économie locale, la startup fait du respect de l’environnement un de ses piliers. J’ai pu m’entretenir avec Caroline et Déborah, les deux co-fondatrices de Baguette à Bicyclette pour en savoir plus sur ce nouveau service 100% lyonnais.

1- Pouvez-vous vous présenter?

DSC_3970
Caroline et Déborah, les fondatrices de Baguette à Bicyclette/Crédit photo : Baguette à Bicyclette

Nous sommes deux associées avec des parcours complémentaires !

Caroline –  Mon sens de l’organisation, mon autonomie et ma curiosité m’ont poussée assez naturellement vers l’entrepreneuriat. Issue d’un parcours scolaire atypique, c’est aussi cela qui fait ma force et qui me permet aujourd’hui d’être celle que je suis. J’ai pour habitude de me fixer des objectifs et de tout mettre en œuvre pour y parvenir. A 25 ans, j’ai fait le choix de l’entrepreneuriat pour tester un nouveau concept en décoration d’intérieur. Puis quelques années plus tard mon second projet de start-up échouera mais en quelques mois j’ai su rebondir pour lancer « Baguette à bicyclette »! Ce n’est donc pas mon coup d’essai et mon expérience est un atout conséquent aussi bien pour la partie relationnelle que terrain.  Je suis d’un naturel curieuse et observatrice, j’ai remarqué avec Deborah que la livraison était en plein essor mais que l’aliment préféré des français été lui boudé de ce type de service. Ma viennoiserie préférée : la brioche aux pépites de chocolat 

Deborah – « C’est à l’issue d’un start-up week-end que j’ai eu envie d’oser. Avec un parcours académique très classique, je n’avais pas pour vocation de tenter l’expérience entrepreneuriale. Pourtant, j’ai eu envie d’accompagner Caroline dans cette formidable aventure pour goûter à l’agilité et expérimenter cette méthode itérative qu’est celle du design thinking. Être sur le terrain au contact des clients, adapter le modèle sur la base de leurs retours, se lancer même si ce n’est pas toujours parfait, avoir le droit de se tromper ! Voilà ce que m’apporte chaque jour Baguette à Bicyclette ! Ma viennoiserie préférée : la brioche aux pralines (on est Lyonnaise ou on ne l’est pas !) »

2 – C’est quoi Baguette à Bicyclette ?

large_Image_42-1496781145-1496781174
Crédit photo : Baguette à Bicyclette

Baguette à Bicyclette livre du pain frais, des viennoiseries et tous les produits du petit-déjeuner le matin au domicile des clients qu’ils soient des particuliers, des entreprises ou des résidences de tourisme. Les livraisons se font 7/7 à vélo dans tous les arrondissements de Lyon, Caluire et Villeurbanne pour les particuliers. Pour les entreprises, nous livrons tout le Grand Lyon ! Par conséquent, nous sommes parfois contraints de prendre la voiture. Pas encore électrique mais le premier est tout proche de rejoindre nos rangs! C’est une vraie volonté de notre part d’avoir le périmètre d’intervention le plus large possible pour proposer notre service au plus grand nombre, par conséquent depuis plusieurs semaines on livre l’ensemble du Grand Lyon pour les particuliers mais avec un minimum de 20€. Pour commander il suffit de se rendre sur le site internet www.baguetteabicyclette.fr. La boutique en ligne présente un large choix des produits et permet de régler en ligne 🙂

3 – Qui choisi de se faire livrer sa baguette ?

BaB @mi hotel 2 aime!
Crédit photo : Baguette à Bicyclette

Tout le monde. Le spectre de nos clients est très large :

Particuliers sensibles aux produits locaux et à la qualité et qui trouvent chez Baguette à Bicyclette une offre complète avec tous les produits du petit déjeuner

Entreprises en recherche de cohésion entre les équipes lors d’un moment privilégié et /ou fêter le départ d’un collègue, les vacances…

Les résidences de tourisme (appartement-hôtels, Airbnb, locations…) qui sont nos clients récurrents et qui proposent rarement le petit-déjeuner. Lyon ayant été élue en 2016, la ville la plus agréable pour séjourner en week-end.

Finalement tout le monde est susceptible de faire appel à BàB.

4 –  Pourquoi vous être lancées dans cette aventure ?

IMG_1521-1024x1024
Crédit photo : Baguette à Bicyclette

 

Deborah :Baguette à Bicyclette est née un soir de Novembre. J’ai participé pendant 2 jours aux côtés de Caroline à un startup weekend pour promouvoir son ancienne entreprise ! J’ai trouvé l’univers des startups passionnant, simple et spontané. Alors j’ai demandé à Caroline (que j’appelle Madame mille idées à la seconde) si elle avait en tête un concept qu’elle n’avait pas encore eu le temps de développer.  Elle m’a parlé de la livraison de pain. On a discuté toute la soirée et une bonne partie de la nuit du service que l’on pourrait proposer. En 10 minutes de brainstorming le nom était trouvé et Baguette à Bicyclette est née ! Tout est allé très vite : le logo, le site, le nécessaire de livraison. L’activité a démarré le 7 Mars. Le service existe donc depuis presque 6 mois ! Nous livrons des clients particuliers, mais aussi des entreprises ou encore des appartements-hôtels ! Nous effectuons encore nous-même les livraisons pour être au plus près des clients, sonder leurs attentes, prendre leurs idées d’amélioration !

5 – D’ou vient le pain?

20170606_083753
Crédit photo : Baguette à Bicyclette

Travaillez avec peu de boulangers au départ est un choix. Tout d’abord nous sélectionnons une qualité similaire afin que nos clients selon le jour de commande ne soient pas déçus. La deuxième raison est que nous voulons pouvoir gérer facilement nos flux entre les boulangers et nos commandes et actuellement même si l’activité se développe petit à petit nous ne voulons pas avoir un trop grand nombre de fournisseurs qui nous obligerait à prendre de petites quantités chez les uns et chez les autres. Nous préférons travailler avec seulement un, deux, trois artisans pour nous faciliter la gestion quotidienne et avoir une relation forte et de confiance avec eux. A terme, il est évident que nous souhaitons avoir un artisan référent par secteur qui nous permettra de gagner du temps dans l’exécution des livraisons, mais actuellement un chargement par boulangerie par livreur et par matinée c’est suffisant pour nos volumes.

6 –  A ce jour, vous êtes deux sur vos vélos pour livrer vos baguettes, comment voyez-vous évoluer le concept si les demandes s’accélèrent?

17126622_271515606605545_2763917480538669056_n
Crédit photo : Baguette à Bicyclette

La plus grosse difficulté c’est réussir à faire un maximum de livraisons à deux, sans faire appel à des livreurs supplémentaires. Cela demande de l’organisation et de la gestion mais c’est nécessaire au départ si on veut tester le concept au maximum et en limitant les coûts. Ajouter à cela des moyens financiers plus que limités au départ et vous avez le parfait mélange de la jeune entreprise en pleine phrase de preuve de concept qui travaille beaucoup ! Cependant en cette rentrée 2017, nous sommes en phase de recrutement de livreurs en auto-entrepreneurs. Notre objectif, avoir avec eux une relation privilégiée et qu’ils soient les pionniers de notre aventure.

A terme nous envisageons le développement dans d’autres villes…de province exclusivement.

Retrouvez Baguette à Bicyclette sur Facebook !

Paris

Re(découvrez) Paris autrement avec PariSolidarithé

Flora,  fondatrice de PariSolidariThé  propose de nous faire (re) découvrir Paris autrement grâce à des jeux de pistes solidaires. Avec ces nouveaux parcours ludiques, vous pourrez découvrir les arrondissements de la capitale sous un regard plus citoyen en prenant conscience des initiatives solidaires présentes à Paris. 

1 – Peux-tu te présenter ?

fullsizeoutput_2916
Flora, fondatrice de PariSolidarithé

Je m’appelle Flora, j’aurai 31 ans le 25 septembre, et j’ai créé PariSolidari-Thé.

2 – C’est quoi PariSolidariThé ?

Ce sont des jeux de piste solidaires. Ce sont des promenades ludiques qui permettent de créer l’interaction et de créer du lien social entre des personnes qui ne se connaissent pas, qui ne se sont jamais vues et qui ne se seraient peut-être jamais rencontrées, ou des personnes qui se connaissent déjà, qui travaillent ensemble mais qui n’ont pas forcément l’occasion de faire connaissance en dehors du cadre professionnel.

Ces parcours permettent aussi de découvrir une nouvelle facette d’un quartier ou d’une ville en mettant en avant les initiatives positives de ce territoire. Cela permet de voir les choses différemment.

3 – Comment t’est venue l’idée du projet ?

Découverte du kioske solidaire Lulu dans ma Rue dans le 15e arrondissement

C’est à la suite de plusieurs réflexions et de différentes rencontres que le concept PariSolidari-Thé est né.

J’ai démarré en 2014 par organiser des ateliers, rencontres, visites entre curieux et passionnés pour créer du lien social et mettre en avant les savoir-faire des artisans et personnes passionnées. Puis après les attentats de Charlie Hebdo, un chef d’entreprise qui travaille à Paris à Porte de Vanves m’a demandé ce que je pouvais proposer comme animation qui « resoude » ses collaborateurs car il trouvait que ses employés communiquaient moins entre eux, suite aux événements. J’ai découvert qu’à Porte de Vanves il y avait justement tout un tas d’initiatives positives et solidaires à faire découvrir : des associations remarquables qui méritent de gagner en visibilité. J’ai créé un parcours pour l’occasion à partir de Porte de Vanves dans le 14e pour inspirer, pour se dépayser dans Paris, pour faire connaître l’Economie Sociale et Solidaire et permettre aux participants de s’amuser et de mieux faire connaissance. C’était réellement le début de l’aventure des jeux de piste solidaires en mai 2015.

4 – Comment redécouvre-t-on Paris autrement ?

fullsizeoutput_2c8c.jpeg

On redécouvre Paris autrement en levant les yeux, en baissant les yeux, en faisant une pause dans son quotidien, en prenant le temps, en discutant avec les participants de son équipe, en partageant son expérience du quartier, et en étant curieux !

C’est une manière différente de voir la ville et ses habitants. On change de regard sur son propre quartier, sur le quartier que l’on découvre. Généralement on va trop vite et on oublie de discuter ou de regarder les choses et les gens autour de soi. Là pendant le parcours, c’est l’occasion de réapprendre à prendre son temps !

Et avec l’esprit ludique du parcours, rapidement les participants se prêtent au jeu et l’ambiance prend très vite. Souvent au bout de 20 minutes on a l’impression que les participants sont venus ensemble et qu’ils se connaissent déjà ! Et ensemble pendant 2-3 heures, ils vont parcourir des rues cachées, des jardins partagés, ils vont être dépaysés, ils oublieront qu’ils sont à Paris le temps d’une après-midi ! C’est un jeu de piste vraiment basé sur l’humain, la rencontre et le partage d’expériences.

5 – Qui sont tes clients ?

Deux heureux participants !

Ils viennent de partout ! De Paris, de la région Ile de France, de province : Normandie, Rennes, Nantes, etc. Parfois ils se déplacent en transport pendant 1 heure pour pouvoir venir découvrir un quartier qu’ils ne connaissent pas !

La semaine ce sont surtout des entreprises qui viennent participer à de jeux de piste solidaires « teambuilding » pour renforcer la cohésion d’équipe.

Le week-end, ce sont principalement des privatisations pour des occasions particulières : anniversaires, enterrements de vie de célibataires…

Les jeux de piste grand public ont lieu 2 samedis par mois. C’est toujours le samedi après-midi. Des personnes viennent à plusieurs : entre amis, en famille ou tout seul, c’est justement fait pour ça ! On fait les équipes au début pour permettre de mélanger les jeunes avec les moins jeunes par exemple, pour que l’expérience soit riche et réussie ! Et après c’est la surprise, il faut que la magie s’opère et que l’ambiance soit là ! Des animateurs / animatrices sont présents pour veiller au bon déroulé du parcours et être sûr que les participants discutent bien entre eux et font connaissance, c’est quand même l’objectif !

Cela peut aussi être des collectivités : mairies, comité départemental du tourisme par exemple qui commandent un parcours pour faire connaître un territoire particulier, le valoriser auprès des habitants ou des touristes, mettre en avant les initiatives du territoire.

Il peut y avoir 8 personnes comme 60 personnes ! de 6 à…100 ans ! 😊

6 – Quelles sont les nouveaux jeux de piste pour le mois d’août?

PariSolidariThé sur la terrasse des Canaux jusqu’à septembre – crédit photo PariSolidariThé

Pour le prochain jeu de piste solidaire on ira (re)découvrir le 19e autrement samedi 26 août en partant à la découverte des initiatives positives et solidaires du quartier ! C’est un parcours récent qui a été mis en place en partenariat avec la mairie du 19e arrondissement. Il a été inauguré en juillet 2017.

7 –  Que peut-on te souhaiter pour les mois à venir ?

fullsizeoutput_2c88.jpeg
Encore de belles expériences, de belles rencontres, de continuer sur cette lancée, de garder énergie et bonne humeur, et de lancer des jeux de piste solidaires à Paris dans d’autres arrondissements mais aussi ailleurs pour voyager dans d’autres villes pour faire connaître les initiatives solidaires partout ! 😊

Retrouvez PariSolidarithé sur Facebook ici !